Conférence de presse de Jean-Philippe André, président de l’ANIA

Comment les industries agroalimentaires peuvent-elle préserver leur souveraineté économique et industrielle, maintenir le rang de 1ère industrie de France qui leur revient, tout en poursuivant les engagements pour une alimentation plus saine et plus durable, quand le secteur subit depuis 8 ans une destruction de valeur sans précédent ?

Le secteur agroalimentaire est stratégique pour l’économie du pays et l’enjeu de la relance industrielle post-COVID19. Pourtant des défis majeurs restent à relever dans une conjoncture économique particulièrement mise à l’épreuve en 2021 :

  • Une intense guerre des prix et en rayon qui se poursuit pour la 8ème année consécutive : l’équivalent de plus de 6 milliards de perte pour la filière
  • Un budget alimentaire toujours sous pression : l’alimentaire représente aujourd’hui moins de 11.5% du budget des ménages contre 32% pour les dépenses dites pré-engagées (énergie, logement, transport)
  • Une perte constante de marges qui se traduit par un manque de capacités à investir pour les entreprises ( – 40% depuis 2007)
  • +5% à +51% de hausse en 1an pour les matières premières alimentaires
  • +3% à +59% de hausse en 1an pour les matières premières industrielles
  • Une hausse des couts pour le fret maritime (+86%) et une hausse des pénalités logistiques

De manière globale, les entreprises anticipent une baisse de 7 % de leur niveau de rentabilité en 2022.

Ainsi, sans une prise en compte de ces contraintes dans le cadre des prochaines négociations commerciales avec la grande distribution, le secteur agroalimentaire continuera de se dégrader pour la 9ème année consécutive, menaçant sa capacité d’investissement. Nous soutenons l’esprit de la proposition de Loi Egalim 2 mais nous serons vigilants aux effets de bord pour les entreprises afin de préserver la souveraineté alimentaire du pays !

logo blanc aria IDF
ARIA ILE-DE-FRANCE

1 avenue des Olympiades
91744 MASSY cedex

info@aria-idf.net